Traversée Gibraltar - Les Canaries - 17/21 Septembre

Vendredi 17 Septembre

Nous quittons notre mouillage devant la plage de La Linéa à côté de la frontière avec Gibraltar à 5h45. On est parti pour 8h de moteur pour traverser le rail des cargos du détroit, suivre la côte au plus près pour limiter les effets du courant contraire (c'est l'océan Atlantique qui rempli la mer Méditerranée) et se mettre à l'abri de possible rencontres avec des orques.
Épreuve réussie, on a évité toutes les embuches, on a juste eu le droit à un gros coup de klaxon d'un cargo ;)p. 
Au large du Cap Espartel, vers 14h, le vent se lève comme prévu, on déplie nos ailes et nous voilà théoriquement parti pour 4j de ligne presque droite jusqu'aux Canaries. Un bateau copain nous accompagne, c'est sympa et rassurant !

L'océan est un peu brouillon et la houle de travers fait rouler Meltem, c'est très inconfortable. L'estomac de Titouan et le mien sont un peu malmenés... Nous avançons à 6 Nds de moyenne, c'est parfait !

Samedi 18 Septembre

Heureusement que le soleil est là, que notre rythme de progression est bon et que super capitaine papa gère tout car sinon je n'aurai que de mauvaises choses à vous raconter : je suis crevée même si je dors tout le temps, la houle m'épuise et je n'ai goût à rien... Vive le mal de mer... Malgré cela les enfants continuent de lire et de jouer (ils rêvent des dessins animés promis pour les longues traversées, mais on veut éviter d'allonger la liste des nauséeux à bord en les installant à l'intérieur avec un écran !!).
Nous avons déjà parcouru 200 M (sur les 600 M environ) en 36h.

Dimanche 19 Septembre

00h58 : j'ai pris un médicament contre le mal de mer et je viens de dormir 4h30 d'affilié. Ça va mieux ! Nico mérite bien ses heures de sommeil à venir :) 
18 Nds de vent de travers, Cap 232°, vitesse du bateau 6/7 Nds, mer agitée, ciel parfaitement dégagé. La lune est presque pleine et haute, elle va nous accompagner une grosse partie de la nuit. Un cargo vient de nous doubler par notre tribord et un autre nous a croisé à bâbord. Nous sommes à 50 M des côtes marocaines, au sud de Casablanca. Il n'est pas possible de s'y arrêter, les infrastructures portuaires ne sont pas adaptées et les mouillages intenables.

Même si la houle est toujours là, elle est plus longue donc plus vivable. C'est l'occasion de faire l'école, même si nous sommes dimanche ! Les distractions sont nombreuses (un cargo, une vague plus haute que les autres, un des frères qui pose une question et c'est les 3 qui se mettent à parler,...) alors il faut faire en sorte de les aider à rester concentrer.

En fin de journée, on a parcouru 350 M, il en reste 250, arrivée prévu mardi.

Lundi 20 Septembre

3h45 : nous filons toujours autour de 6/7Nds, la houle de 3/4 nous bouscule toujours. J'ai bientôt fini mon quart, je vais aller réveiller Nico. CHGLONG, un bruit sourd vient de l'arrière du bateau et brusquement (adverbe invariable, on a ré appris ça hier !) on passe du cap 225 au 350, on vire de bord. J'appelle Nico, je mets le pilote automatique en standby. Il faut reprendre le bon cap et comprendre ce qui s'est passé : après avoir tout vérifié, c'est la goupille du pilote automatique qui a sauté, ouf, rien de grave, Nico passe 15 min à réparer et nous voilà reparti comme si de rien n'était, sans même avoir été ralenti ! Les pièces de rechange, c'est essentiel sur un bateau :)

Le vent, le soleil et la houle nous accompagnent de nouveau aujourd'hui. Les journées sont bien remplies entre l'école, les repas, les siestes et les milles choses à faire à bord.

Nouvel ustensile extrêmement utile pour l'école en bateau : les pinces à linge. C'est très utile (pour clouer le bec aux enfants) pour empêcher les pages des cahiers de tourner incessamment (adverbe ?!!).

Cet après midi c'est atelier "mise en marche du dessalinisateur", comme il est neuf, il faut un temps infini pour l'amorcer mais à force de persévérance (celle de Nico, pas la mienne) nous trinquons à notre 1er litre d'eau douce "fait bateau".

À l'apéro ce soir, on ouvre le cadeau de Céline avec la mention "à ouvrir quand vous serez loin de tout". Vu notre position, ça nous semble le bon moment ! Et là, surprise : des grillons à grignoter !!! Après les euhh, les beurk et les grimaces, on déguste et on approuve la très bonne idée :) L'apéro se fini par un renversement général grâce à une rafale de vent plus grosse que les autres : résultat un bol cassé mais aucun grillon gaspillé ;)

Tout le monde au dodo pour une dernière nuit en mer avant l'arrivée demain matin. Le lever de pleine lune est majestueux...

Mardi 21 Septembre

Déjà un mois que nous avons quitté le Cap d'Agde. Petit inventaire : 2 paires de lunettes de soleil perdues, 1450 M parcourus, 10 nuits de navigation, 16 nuits au mouillage et 5 nuits au port, 1 masque de plongée coulé, 60h de moteur, 1 pompe de WC changée, plusieurs grandes balades et visites à terre (beaucoup beaucoup trop selon Étienne), 70 parties de Rummikub, 200 parties d'Otrio, 2 lectures complètes de l'intégrale de Tintin, 7 règles de grammaire revues par Maman et Papa, un peu de ronchonnage (les enfants et Maman), un peu trop de gros mots (tout le monde), des cris, des rires, des levers de soleil encore plus beau que les couchers de soleil, du plaisir, des rencontres joyeuses, beaucoup de belles photos,... 
Bref, tout va bien, on arrive aux Canaries dans 35 M, il est 5h du matin et j'ai beaucoup de temps pour écrire ;)

On passe le chenal nord entre Lanzarote et la Graciosa. Le paysage est à couper le souffle : falaises noires et abruptes côté Lanzarote et île désertique ponctuées de dômes volcaniques rouge ou jaune côté La Graciosa.

On pose l'ancre vers midi à la Playa Francesca où on retrouve l'équipage de Nino.
Rangement, siesta ou dégourdissage de jambes sur la plage nous occupe cet après-midi en attendant l'apéro bien mérité ce soir !

Gibraltar - Tarifa - Barbate - Bolonia - Gibraltar - du 7 au 16 Septembre

Mardi 7 Septembre

Nous traversons le détroit de Gibraltar en compagnie des dauphins et des cargos (finalement, c'est moins impressionnant que la représentation qu'on en avait... Il n'y a pas un souffle d'air, on avance avec le moteur, ça facilite la trajectoire).
Nous continuons ensuite à la voile jusqu'à Tarifa, nous mettons en place l'ancre à la voile, c'est notre petit plaisir quand c'est possible : faire cette manœuvre sans utiliser le moteur.

Après 3 jours et 3 nuits en mer, nous débarquons en paddle sur la plage : l'eau est bien bien fraîche et il y a des vagues, nous voilà donc dans l'océan atlantique :).
Rien de tel qu'une balade pour visiter la ville pour se dégourdir les jambes.

Tarifa c'est la ville la plus au sud de l'Europe continentale, la frontière entre la Méditerranée et l'océan, une ville avec une histoire phénicienne, musulmane puis espagnole.




Nous repartons en fin de journée pour le port de Barbate, le mouillage n'est pas possible : une grosse houle et un vent fort et mal orienté.
Pendant la navigation, nous assistons à une manœuvre d'exercice du bateau et de l'hélicoptère du Salvamento Maritimo : quelle rapidité sur l'eau, près de 30 Nds.


Mercredi 8 Septembre

Au réveil ce matin au port de Barbate, c'est opération nettoyage : 2 bières percées en fond de cale et de l'huile propre sous le moteur ??? Après enquête, c'est un bidon d'huile neuf qui est percé !! Tant mieux !!

Après-midi balade, baignade et courses dans cette jolie cité balnéaire longée par une rivière, et dont la spécialité est la pêche aux thons.

Jeudi 9 Septembre

Nous partons pour une balade vers la Torre del Tajo qui surplombe les falaises qui vont du nord de Barbate jusqu'au phare de Trafalgar (c'est le cap de Trafalgar qui a donné son nom à la célèbre bataille navale perdue par Napoléon et remportée par les anglais qui ont ensuite célébrée la victoire en érigeant la colonne du Cdt Nelson sur Trafalgar Square) En plus de la rando, aujourd'hui c'est cours d'histoire !

Une équipe part en course à pied et l'autre part en marchant.
Ceux qui marchent ont eu le plaisir de croiser un caméléon (je vous épargne la photo : on dirait que j'ai photographié une branche !!) et de se perdre dans la pinède... "Mais pourquoi on fait toujours des balades quand on va à terre ???"

La vue du haut des falaises en direction de Barbate et de Trafalgar est vertigineuse.




Vers 17h, nous repartons en direction de Gibraltar car le vent n'est pas favorable pour partir aux Canaries avant au moins 10j.

On s'arrête vers 19h près de la plage de Bolonia. On a imaginé rester une nuit, c'est tellement chouette qu'on y restera 3 nuits.

Vendredi 10 - Samedi 11 Septembre

Nous explorons la baie, la dune et le site archéologique Claudio Baélo, nous sommes seul ou presque au mouillage, les grandes vacances commencent :)


Nico a péché 2 saupes près des rochers : dégustation immédiate!





Dimanche 12 Septembre

Nous (re) partons pour Gibraltar en longeant la côte (on se prémunit autant que possible des rencontres avec les orques !).
Petit mouillage pour l'après midi à l'entrée sud-ouest de la baie de Gibraltar puis nous repartons au moteur vers la Playa de La Linea à la frontière Espagne/Gibraltar. Nous sommes accueilli par une trentaine de dauphins pour le plus grand plaisir de l'équipage.



A peine arrivé, la canne à pêche est sortie et nous péchons un gros sar :)


Lundi 13 - Jeudi 16 Septembre

Nous visitons Gibraltar et son célèbre rocher : macaques, ascension des méditerranéen steps, visite des tunnels des guerres, grottes naturelles,... Nous apprenons beaucoup et nos pieds douloureux sont ravis de se tremper dans l'eau froide après plus de 10km de marche.


Nous faisons la rencontre des équipages de Mahina et de Nino, avec qui nous passons une très belle soirée.

Jolis bijoux boat-made créés sur Mahina


Vendredi 17 Septembre

Le créneau météo s'ouvre pour notre départ vers les Canaries. Réveil à 5h30 pour 4 à 7j de navigation. Atterrissage prévu à la Playa Francesca sur l'île de la Graciosa.

Cap d'Agde - Barcelone - Baléares - Carthagène - Gibraltar - 21 Août au 7 Septembre

Samedi 21 Août - Dimanche 22 Août

Après un départ en fanfare et une nuit brumeuse, nous atteignons San Feliu de Guixols avec le moteur. Ce n'est pas notre tasse de thé et nous faisons ce que les marins déconseillent : avoir un timing à respecter... Avancer à marche forcée est un bon moyen de ne pas se faire plaisir en bateau (faire 10h de moteur sur un voilier...), et dans le pire des cas, un moyen de se mettre en danger en avançant malgré une météo défavorable voire dangereuse... (mais là rien de tel, juste une mer d'huile et une absence totale de vent !) 


Malgré les heures de moteur, nous sommes ravis de poser l'ancre, de sauter à l'eau, de faire un tour en paddle et de passer une bonne soirée avec l'équipage du Daddy Cool.

Lundi 23 Août

Nous faisons à nouveau escale près de Tossa de Mar pour rejoindre des copains et notamment Charlotte et Timothée qui reviennent d'une année en voilier autour de l'Atlantique. Ils sont arrivée depuis 4j. Le passage de relai entre les deux équipages est très enrichissant. Merci à eux pour tous les bons tuyaux, pour les guides (on va ouvrir la plus grande bibliothèque marine de la Savoie à notre retour !!) et pour nous avoir encore plus donné envie d'y aller et d'en profiter!

Les enfants sont heureux d'avoir de nouveaux copains pour la journée pour jouer jusqu'à épuisement dans la piscine et sur les canoës.

Nous rentrons à bord de Meltem en mode bain de minuit (l'avantage c'est qu'on ne voit pas les méduses !!) et en paddle.

Mardi 24 Août

Départ aux aurores et au moteur pour une journée bien remplie : installation de la capote au port d'El Balis et arrivée de Sarah, notre 1ère équipière pour un départ immédiat pour Majorque.

La capote est parfaite : lumineuse et spacieuse, de très belle qualité et très jolie. Peu de temps après son installation, elle nous permet de profiter des tous ses avantages : protection contre le soleil, le vent, la pluie et les embruns !!

A 12h nous quittons la côte espagnole direction Majorque. Le mer est belle et le vent souffle doucement. Sarah lutte contre le mal de mer et ne rentre dans le bateau que pour des A/R express... Elle dort dans le cockpit pendant que Nico et moi nous relayons pour les quarts.

Mercredi 25 Août

Le temps est gris et pluvieux. Nous passons le temps doucement entre jeux, lecture, repas et sieste.

Nous atteignons la pointe nord ouest de Majorque en début d'après midi. En entrant dans le canal à l'est de l'île de la Dragonera, 3 gros dauphins passent quelques instants à côté de Meltem. Quelle joie même si c'est éphémère !!

Nous mouillons dans la cala Blanca et Sarah découvre enfin l'intérieur du bateau ! L'eau est chaude et après plus de 24h en mer, c'est bien agréable de se dégourdir les jambes.

Jeudi 26 Août

Nous contournons le cap de la Cala Figuera à l'entrée de l'immense baie de Palma et nous nous installons au chausse pied dans la magnifique cala Portals qui est archi encombrée de bateaux de toutes sortes et de toutes tailles.


Après midi baignade, lecture, paddle et balade à terre.

Heureusement, pour la soirée, la plupart des bateaux quittent la cala et rentrent à leur port : nous profitons d'un apéro tranquille!

Vendredi 27 Août

Balade à Palma de Majorque pour 5 brigands qui sortent du port de pêche en escaladant les barrières pendant que Nico reste à bord de Meltem et sympathise avec les pêcheurs à côté desquels nous nous sommes amarrés. En effet, à Palma, impossible de s'arrêter pour quelques heures au port : il faut payer 24h soit 115€ !! Alors on a triché en allant au port des pêcheurs (2 bonites et 15 maquereaux péchés en 2 ans, ça fait de nous des pêcheurs, non ?) 

La ville est très belle et nous ramenons de délicieuses spécialités au capitaine qui n'a pas pu visiter : empanadas et tartes aux légumes succulentes. 





Départ de Palma avec un bon vent dans le nez mais Sarah prend la barre et tire 2 jolis bords au prés pour nous amener directement au mouillage de Magaluf. 

Samedi 28 Août

Nous quittons Majorque pour Ibiza. Début de journée sans vent, on se traîne à 2 Nds et puis en s'éloignant des côtes, un bon vent arrière de 10 Nds nous permet de sortir le spi asymétrique qui nous amène directement à la pointe Nord d'Ibiza : le phare de Moscatera.


Nous mouillons dans la cala Portinatx.

Dimanche 29 Août

Balade au tour de Portinatx, d'abord vers le nord en direction du phare et du petit port de pêche, ensuite vers le sud et la tour de gué.





L'eau est chaude et turquoise, c'est magique.

Nous partons naviguer vers l'est pour rejoindre la cala Tarida où nous nous installons à proximité de yachts gigantesques!


Lundi 30 Août

Nous levons l'ancre à la voile, le temps est gris... À peine partis, nous apercevons des éclairs au nord, mais nous partons vers le sud, d'où vient le vent, qui éloignera donc l'orage... Et bien non, un vent tourbillonnant et très froid arrive, alors c'est ni une, ni deux : moteur, affalage des voiles, chaîne autour du mat et on déguerpi loin d'ici !! L'équipage petit déjeune à l'intérieur pendant que je me fais tremper dehors. Heureusement l'orage s'éloigne vite de nous et nous laisse un ciel magnifique à contempler.



Nous passons au pied de l'isla d'es Vedra (392m) et nous filons vers Formentera.



Le mouillage de la Playa de ses Illetes est un vrai décor de carte postale. Nous débarquons à terre pour un après-midi de baignade, balade, kitesurf (et bien finalement non, la voile nécessite une réparation..), wakesurf derrière l'annexe et apéro sur la plage.








Le vent se lève au moment d'aller nous coucher, 25 Nds, mais notre ancre ne bouge pas ! (Espérons que celle du catamaran qui est devant nous ne dérape pas non plus 😜) 

Mardi 31 Août

Nous passons la journée à la cala Saona. On y a vu des raies et beaucoup de poissons près des rochers.

Vers 18h, nous partons pour la traversée vers le continent, direction le port de Carthagène. Le vent est soutenu et la houle haute et courte : soirée et nuit de rodéo, grande voile réduite à 2 ris et trinquette.

Mercredi 1er Septembre

Nous avançons bien mais la mer est épuisante. Nous faisons une pointe à 10 Nds en surf sur les vagues. Nous alternons entre repas, jeux et sieste, lecture pour ceux qui ont l'estomac bien accroché !

Nous arrivons à Carthagène à 19h, bien heureux de dormir au calme.

Jeudi 2 Septembre

C'est la rentrée ! Les enfants ont déjà commencé l'école sur le bateau depuis quelques jours, en mode "quand je veux si je veux" mais la grosse pluie de ce matin et les photos de rentrée des copains et cousins, nous font marquer le coup.

Balade dans la belle ville de Carthagène : archéologie, histoire, modernisme, mélange des quartiers touristiques et populaire.













Fin de journée piscine et balade nocturne dans la ville.

Vendredi 3 Septembre

Ce matin pour explorons le quartier des chantiers navals. Il y a un vrai sous marin et des navires de l'armada espagnole. Nous visitons le musée naval qui ravi les petits et les grands.





Après midi bricolage, piscine puis apéro à bord avec Pierre-Yves et Dominique, qui voyage sur Victor depuis le Golfe du Morbihan.

Samedi 4 Septembre

Départ de Carthagène dans la matinée.


Nous faisons escale à Calabardina pour une petite visite et un dîner sur la plage. C'est notre dernière soirée avec Sarah !

Retour sur Meltem en paddle dans la nuit. A 22h, nous levons les voiles dans un tout (tout) petit vent... Le bruit du moteur se fera vite entendre !!

Dimanche 5 Septembre

Ça y est, notre 1ère prise de pêche est enfin là : un bon maquereau dégusté cuit dans le citron.
Nous naviguons jusqu'à Almeria où nous laissons Sarah après 12j de voyage ensemble. On est ravi d'avoir partagé ces moments avec elle !

Nous repartons pour passer Gibraltar après demain.

Un petit résumé des milles nautiques déjà parcourus :
Cap d'Agde - San Feliu de Guixols : 95 M
San Feliu de Guixols - Tossa : 10 M
Tossa - El Balis - Majorque Cala Blanca : 137 M
Cala Blanca/Portals/Palma/Magaluf - Majorque - Ibiza - Formentera : 160 M
Formentera - Carthagene : 154 M

Lundi 6 Septembre

Journée tranquille en mer, nous alternons entre voile et moteur au milieu des immenses cargos et pétroliers qui transitent chaque jour par Gibraltar.

Pour les quarts de nuit, nous avons trouvé un rythme qui nous convient : 2x 3h de veille et de sommeil chacun entre 21h et 9h, et une siesta dans la journée pour arriver à 8h de sommeil par jour. Nous verrons si ce rythme convient pour la suite.

Dans l'après-midi, nous apercevons 2 groupes de 3 globicéphales noirs... Brrr, quand on sait que des orques ont circulé par ici il y a quelques temps, on ne s'est pas réjouis immédiatement de croiser ces ailerons noirs !!!

Mardi 7 Septembre

Au petit matin, nous passons devant la colonne d'Hercule nord, autre nom du rocher de Gibraltar. Le lever de soleil est splendide et les dauphins nous accompagnent...